Tuesday 10th of December 2019

news blog logo
news menu left
news menu right

La Fièvre Q

Causes et facteurs de risque

              La Fièvre Q est une maladie due à Coxiella burnetii, petite bactérie très résistante dans le milieu extérieur. Chez les bovins infectés, le germe se localise à la mamelle et au placenta.

Symptôme

En règle générale, la maladie est inapparente. Parfois, elle se traduit par un avortement, une mise-bas prématurée, une métrite sévère, voire la naissance de veau chétif prématuré. Les vaches infectées restent le plus souvent porteuses toute leur vie. Le germe est alors disséminé dans l'environnement par le placenta, les produits d'avortement (les enveloppes fœtales, les "eaux"…) ainsi que dans une moindre mesure les urines, le lait, les matières fécales. Le principal mode de transmission est l’inhalation d’aérosols infectés : la bactérie est dispersée par le vent, les poussières, les tiques, les insectes, les animaux sauvages ou domestiques, les rongeurs, les oiseaux…

Diagnostic

              Le diagnostic de la Fièvre Q peut être réalisé par :

puce3 Coloration de STAMP d’un frottis de délivrance,

puce3 Une analyse sérologique,

puce3 La mise en évidence (lait, sécrétion vaginale, placenta, fèces…) de la bactérie par une technique d’amplification génique (PCR).

              L’interprétation des résultats est cependant délicate : il existe en effet un décalage parfois important entre les résultats sérologiques et la PCR. Certains animaux infectés peuvent rester longtemps séro­positifs sans excréter de Coxiella. Réciproquement, certains bovins redeviennent rapidement séro­négatifs et demeurent excréteurs sur de longues périodes.

              Un sondage sérologique avec présence de bovins séropositifs permet de renseigner sur l’infection du cheptel, mais ne permet pas de préciser si l’infection est récente ou ancienne et si le troupeau excrète ou non des Coxiella. 

              La Fièvre Q est une maladie transmissible à l'homme. Les infections aiguës se traduisent par une grosse grippe (fièvre persistante, frissons, transpiration abondante, douleurs musculaires), une pneu­monie (toux légères, douleurs thoraciques), une hépatite (nausées, vomissements). Mais le plus souvent, il s'agit d'infection bénigne, confondue avec une infection respiratoire banale, pouvant entraîner des séquelles (hépatite, endocardite) dans un petit nombre de cas. Les femmes enceintes sont susceptibles de faire une "fausse couche".

 

Dispositif de lutte et traitement

              A ce jour et à la lumière des connaissances actuelles, il n’existe pas de protocole d’assainis­sement médico-sanitaire dont l’efficacité ait été démontrée et validée. Lors d'avortements liés à la présence de Fièvre Q, une vaccination est conseillée. Lorsqu’un troupeau est vacciné, le vaccin protège les animaux qui ne sont pas encore contaminés, mais ne supprime pas l’excrétion de la part des animaux infectés. L'étude Fièvre Q dans le grand ouest (Ecole nat vet de Nantes/GDS 2008-2011) à permis de démontrer que :

puce3 La vaccination avant la mise à la reproduction des reproductrices saines diminue fortement le risque de devenir excrétrice en cas de contamination pendant la gestation

puce3 La vaccination d'animaux infectés ne diminue pas l'excrétion.

 L’assainissement s’opère au-fur-et-à-mesure de la réforme des animaux excréteurs et du respect des mesures sanitaires. Un dépistage sérologique avec réforme des bovins séropositifs est illusoire compte-tenu de l’existence de bovins séronégatifs excréteurs et de bovins séropositifs non excréteurs d'une part, et de la résistance de la bactérie dans le milieu extérieur d'autre part. 

 

Les mesures sanitaires restent primordiales :

puce3 Proscrire l’élimination des placentas dans la fosse à lisier : gérez rigoureusement l’élimination des produits d'avortement (placenta, avorton…) en les mettant hors de portée des animaux domestiques ou sauvages (chiens, renards…).

puce3 Les placentas doivent être éliminés dans une fosse et enfouis sous la chaux vive.

puce3 Le port d’un masque et l’utilisation de gants sont conseillés lors de la manipulation des placentas.

puce3 Procédez à une dératisation régulière des locaux d'élevage.

puce3 Pratiquez un vide sanitaire des bâtiments au moins une fois par an.

puce3 Isolez les vaches avant la mise-bas dans un local de vêlage distinct de l'infirmerie.

puce3 Evitez le passage à pied du cheptel dans les agglomérations lors de l’excrétion de la bactérie.

puce3 Proscrire l’accès des femmes enceintes (associée, personnel, conseillère, inséminatrice…) dans une exploitation lors de l’excrétion de la bactérie.

 

banniere fin1



Partenaires et Mentions légales

Articles favoris

Liens utiles



Powered by Joomla!. Design by: joomla 2.5 templates  Valid XHTML and CSS.

GDS50 - Maison de l'agriculture - BP 231 - 50001 SAINT-LÔ CEDEX