Tuesday 10th of December 2019

news blog logo
news menu left
news menu right

LA GALE DES MOUTONS : Une maladie toujours d’actualité

 

Des remontées du terrain nous font part de la présence de gale du corps dans plusieurs troupeaux de moutons du département.

 

UNE MALADIE GRAVE A NE PAS PRENDRE A LA LEGERE

Parmi les trois gales (gale des pattes, gale de la tête ou noir museau, gale du corps) pouvant être rencontrées chez les ovins, la gale du corps est la plus fréquente et la plus grave.

La gale du corps est une maladie de la peau, qui se caractérise par l’apparition sur plusieurs ovins du même lot :

-          de démangeaisons ;

-          de plaques de laine arrachées au niveau des flancs et du dos ;

-          d’une peau enflammée, couverte de croutes et épaissie ;

-          sur le corps des agneaux de taches blanches dues au léchage.

Les surinfections de la peau par des bactéries ou des asticots sont fréquentes et peuvent conduire à :

-          une baisse de l’appétit ;

-          un retard de croissance des agneaux ;

-          des avortements ;

-          la mort.

 

UNE MALADIE PARASITAIRE

La gale du corps des ovins est due à un acarien (Psoroptes ovis), qui vit sur la peau et qui se nourrit de débris de peau et de lymphe.

Les femelles de cet acarien pondent des œufs, qui en 10 à 12 jours vont donner naissance à de nouveaux acariens adultes.

 

ATTENTION AUX ACHATS ET AU MELANGE DE TROUPEAUX

La maladie peut apparaître dans un troupeau suite :

-          à l’achat (ou le prêt) d’un moutons porteur (Ne présentant pas encore le plus souvent de signes au niveau de la peau.) ;

-          au mélange de moutons de différents cheptels lors de mise en pâtures en commun, de foires ou concours ;

-          à l’utilisation en commun de matériel : véhicule de transport des moutons, etc …

Il faut noter que les acariens de la gale du corps peuvent survivre plusieurs semaines dans le milieu extérieur.

 

LORS DE SUSPICION, LA RECHERCHER

La recherche (de préférence au microscope) de cet acarien se fera à partir de prélèvements de laine, de croutes ou d’un grattage de la peau en périphérie des zones du corps atteintes.

 

 

CHOISIR LE TRAITEMENT LE MIEUX ADAPTE

Le traitement devra être appliqué le plus tôt possible sur tous les ovins d’un même lot, y compris les moutons apparemment sains.

Différentes techniques de traitement sont possibles avec chacune leurs avantages et inconvénients.

 

TECHNIQUES

AVANTAGES

INCONVENIENTS

BAIGNADE

-   Intéressant pour les grandes troupes ;

-   Produits de traitement utilisés actifs aussi sur d’autres parasites de la toison ;

-   Contact du produit de traitement avec toutes les parties du corps.

-   Disposer d’une baignoire adaptée 1;

-   Intervention lourde à mettre en œuvre.

DOUCHE

-   Bonne imprégnation de la toison, si toutes les parties du corps sont douchées et suffisamment longtemps ;

-   Produits de traitement utilisés actifs aussi sur d’autres parasites de la toison ;

-   Mieux adapté aux petites troupes.

-   Dosage du produit de traitement plus délicat qu’avec une baignoire ;

-   Vérifier régulièrement le système d’aspersion.

PULVERISATION : Déconseillée

-   Equipement léger ;

-   Faible volume d’eau nécessaire ;

-   Concentration constante en produit de traitement.

-   Ne permet le traitement que de quelques ovins ;

-   Imprégnation de la toison insuffisante.

INJECTION

-   Possible toute l’année ;

-   Produit de traitement actif aussi sur les parasites internes (digestifs notamment).

-   Coût élevé ;

-   Délai d’attente viande long ;

-   Evaluer précisément le poids vif des ovins à traiter.

 

1: Une baignoire est disponible en location auprès de la filiale : GDS Services 14-50 (02.33.06.47.00).

Pour le choix du produit de traitement, contactez votre vétérinaire traitant.

IMPORTANT : Pour éviter une recontamination rapide, tout l’environnement des moutons(bergerie, râteliers, mangeoires, nourrisseurs, clôtures, etc…) devra être également traité.

 

SE PROTEGER LORS DES ACHATS

ð  Avant d’introduire (achat, prêt) un nouveau mouton, même s’il me semble sain, dans mon troupeau, je dois prendre les précautions suivantes :

o   Lui faire une piqûre d’un produit efficace contre la gale du corps dès son arrivée ;

o   Renouveler cette piqûre 7 à 10 jours (selon le produit utilisé) après la première piqûre ;

o   Le maintenir isolé du reste du troupeau pendant au moins 30 jours.

Pour le choix du produit, contactez votre vétérinaire traitant.

ð  Dans les secteurs, où des mises en pâtures en commun sont réalisées, des baignades (ou douches) collectives préventives systématiques sont recommandées.

ð  Lors de l’utilisation en commun de matériel, le nettoyer, le désinfecter et le désinsectiser avec un produit efficace contre la gale après chaque utilisation.



Partenaires et Mentions légales

Articles favoris

Liens utiles



Powered by Joomla!. Design by: joomla 2.5 templates  Valid XHTML and CSS.

GDS50 - Maison de l'agriculture - BP 231 - 50001 SAINT-LÔ CEDEX