Tuesday 10th of December 2019

news blog logo
news menu left
news menu right

 

 PLAN DE LUTTE CONTRE LA PARATUBERCULOSE BOVINE

Quand suspecter la paratuberculose sur un bovin ?

La maladie s'exprime chaque année sur quelques bovins de plus de 2 ans (après une période d'incubation pouvant aller de quelques mois à 10 ans), souvent dans les semaines suivant le vêlage.

Elle se caractérise par

puce3 Une diarrhée (sans fièvre), rebelle à tout traitement (Les rémissions obtenues parfois sont toujours suivies de rechutes.) : d'abord irrégulière, puis continue, évoluant sur plusieurs semaines à plusieurs mois,

puce3 Un amaigrissement rapide et important (« vaches saucisses »), malgré un appétit conservé,

puce3 Une chute de la production laitière,

puce3 Parfois de l'œdème (auge...).

La diarrhée est souvent précédée d'une baisse de la production laitière et d'un début d'amaigrissement.

Comment confirmer une suspicion ?

Pour confirmer une suspicion il faut rechercher les anticorps de la paratuberculose sur une prise de sang.

Quelles sont les répercussions économiques de la paratuberculose?

puce3 Euthanasie ou réforme anticipée des bovins malades, n'ayant pas pu exprimer tout leur potentiel génétique ;

puce3 Perte de production laitière :

puce2De 12 à 20% de lait en moins pour les bovins malades ;

puce2 De 5 à 15% de lait en moins pour les bovins pas encore malades mais déjà positifs à un test Paratuberculose ;

puce2 Perte de production de viande : réduction de la croissance bovine ou du poids de carcasse ;

puce2 Coût des traitements vétérinaires infructueux ;

puce2Augmentation du taux de réformes ;

Au total, la perte par bovin laitier non malade mais positif à un test se situe entre 100 et 200€, et peut atteindre 2 000€ pour un bovin malade (laitier ou allaitant).

Quelles sont les origines possibles de la paratuberculose dans un élevage ?

La Paratuberculose est une maladie due à une bactérie très résistante dans le milieu extérieur. Les bovins malades, ou infectés sans symptôme, constituent le réservoir de la maladie et excrètent la bactérie principalement dans les bouses, plus rarement dans le lait et le colostrum. C'est par voie orale que les veaux se contaminent. La transmission d'un élevage à l'autre est majoritairement consécutive à l'introduction d'un bovin infecté. Les abreuvements dans des endroits non contrôlés (ruisseaux, mares) ou la reprise de prairies contaminées sont une autre porte d'entrée possible de la maladie.

 

Que faire en cas de mise en évidence de la maladie?

Il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement contre la Paratuberculose. Un plan de lutte contre la Paratuberculose peut vous être proposé par le GDS 50.

Objectifs:

Le plan de lutte contre la Paratuberculose ne permet pas l'éradication de la bactérie. L'objectif du plan est de :

 

puce3 limiter les pertes visibles dues à la maladie en maîtrisant le risque d'apparition de cas cliniques au niveau le plus bas possible ;

puce3 limiter l'excrétion et la circulation de la bactérie ;

puce3 limiter les risques de vente de reproducteurs à partir des foyers.

Le plan de lutte est basé sur des dépistages réguliers du troupeau et la mise en place de mesures sanitaires de protection des jeunes bovins.

Mesures techniques

Il est fondamental de respecter les règles suivantes:

Sur les bovins:

puce3 Ce sont les animaux malades qui contaminent le plus le milieu extérieur. La principale mesure consiste donc en l'isolement, dès les premiers signes, de tout animal suspect et son élimination rapide.

puce3 Des dépistages et incitation à la réforme des bovins infectés seront mis en place.

puce3 L'augmentation de la résistance globale des bovins via l'alimentation et la prévention antiparasitaire doit permettre de limiter les risques de nouveaux cas de bovins malades.

Sur les locaux:

Nettoyage et désinfection annuelle des bâtiments d'élevage, notamment de la nurserie.

Sur les terres:

 Ne pas épandre de fumier, ni de lisier sur les pâtures, surtout celles des génisses laitières les plus jeunes et des vaches allaitantes avec leurs veaux. La bactérie de la Paratuberculose est résistante et peut contaminer les pâtures. Préférez l'épandage sur les labours.

Sur les veaux en troupeau laitier:

puce3 ne pas laisser téter les veaux, ni donner du lait doux ;

puce3 séparer dès la naissance le veau de sa mère et distribuer le colostrum après l'avoir recueilli le plus proprement possible ; puis utiliser un aliment d'allaitement (poudre de lait) en utilisant de l'eau potable pour la préparation des buvées.

puce3 Séparer strictement l'élevage des génisses de renouvellement des adultes, pour éviter toute contamination par les bouses.

Sur les veaux en troupeau allaitant:

Ces mesures n'étant pas applicables en cheptels allaitants, une solution est la constitution de lots d'animaux positifs strictement séparés du reste du troupeau. Il faut aussi veiller aux bonnes conditions de logement.

Dans tous les cas il est fortement déconseillé de garder les descendants de bovins positifs pour une carrière longue (reproduction, bœufs, génisses de viande).

Conditions d'accès

La mise en place d'un plan de lutte est réservée aux adhérents à jour de cotisation, suite à la mise en évidence par analyse de la maladie sur un bovin. Pour plus de renseignements contactez le GDS au 02.33.06.48.00 afin d'obtenir la visite d'un technicien spécialisé.

Dans les élevages contaminés par la Paratuberculose, la mise en place de mesures de lutte est l'unique solution pour obtenir, à terme :

♦ la réduction du nombre de cas cliniques, puis sa disparition,

♦ la limitation des nouvelles contaminations,

♦ et donc des répercussions économiques.

 

 banniere fin1

 



Partenaires et Mentions légales

Articles favoris

Liens utiles



Powered by Joomla!. Design by: joomla 2.5 templates  Valid XHTML and CSS.

GDS50 - Maison de l'agriculture - BP 231 - 50001 SAINT-LÔ CEDEX